> > > > Yann Le Moine : "Le programme va balayer plusieurs aspects"

Yann Le Moine : "Le programme va balayer plusieurs aspects"

Cette année, l’École Bretonne des Entraîneurs devient l’École Bretonne du Handball et intègre désormais les arbitres et les dirigeants. Yann Le Moine, chargé de missions au sein de la Ligue de Bretagne de Handball, nous livre quelques informations sur l’arrivée des arbitres à l’EBH…

L’arbitrage intègre l’École Bretonne du Handball cette année, pourquoi cette nouveauté ?

Depuis déjà de nombreuses saison les membres de la CTA (ex CRA) avaient imaginé la mise en place d’une École Bretonne de l’Arbitrage à l’instar de ce qui se faisait déjà avec les entraîneurs et les dirigeants.
Mais encore une fois nous étions sur des parcours parallèles comme nous pouvons le vivre le week-end dans nos salles sans temps d’échange. La mutation de l’École Bretonne des Entraîneurs en École Bretonne du Handball va donc nous permettre de croiser les parcours, d’amener des débats, de mettre en commun des expériences pour un avenir partagé arbitres/entraineurs/dirigeants.

Quels sont les intervenants et le programme pour cette première ?

Le programme va balayer plusieurs aspects autour de la filière de l’arbitrage et des écoles d’arbitrage qui pourront intéresser les arbitres, mais également les dirigeants. Un éclairage sur les règles de 2016 de l’IHF va donner une vraie lisibilité vis-à-vis des points de règlements parfois interprétés par les entraîneurs et les arbitres.
Le temps fort sera certainement celui du dimanche avec un regard partagé technicien/arbitre (Pierre TAILLE et Loic WEBER) sur l’interprétation des règles de jeu.

Les obligations sur l’arbitrage changeront la saison prochaine pour les clubs, l’EBH permettra de répondre à leurs éventuelles questions ?

Le point central des interventions à valence arbitrage sera l’intervention du samedi sur la réforme voté en 2016 par la Fédération. Ce temps en plénière va permettre d’illustrer que la réussite de ce projet ne pourra passer que par l’investissement de tous et pas seulement des arbitres.
Cette réforme va amener les clubs à se structurer différemment vis-à-vis de l’arbitrage. L’ensemble de ces temps vont permettre aux dirigeants de repartir avec des idées, des bonnes pratiques et de nouveaux projets.